Cliquez-ici pour accéder au site du Conseil Supérieur de l'Ordre des Experts-Comptables Ordre des Experts-Comptables

Accueil
  Acteurs de la prévention
 
  Alertes professionnelles
 
>  Base documentaire
- Prévention - Anticipation
- Prévention - Détection : Des outils de diagnostic inovants et un diagnostic complet
>> Prévention - Traitement : si vous connaissez des difficultés... découvrez comment les traiter
- Prévention - Professions libérales
- Plan de la base prévention
- Modèles types
 
  Bonnes pratiques de la prévention pour pérenniser votre entreprise (septembre 2006)
 
  Glossaire : les 100 mots de la prévention
 
  Guides administratifs du CIP à destination des Conseils Régionaux des Experts-Comptables
 
  Juridique
 
  Loi de sauvegarde des entreprises
 
  Médiation du crédit
 
  Mandat ad hoc
 
  Conciliation
 
  CODEFI / CIRI
 
  La commission des chefs des services financiers
 
  Le rebond du chef d’entreprise
 
  Notes de synthèse
 
  Où vous situez-vous ? Autodiagnostic rapide
 
  Outils de la prévention
 
  Quiz : Evaluez-vous !
 
  Réagissez, contactez nous!
 
  Revue de presse
 
  Sites utiles
 
  Trouvez un CIP près de chez vous
 
Fiche n° 3-5-7    
LA SAUVEGARDE FINANCIÈRE ACCÉLÉRÉE


LA SAUVEGARDE FINANCIÈRE ACCÉLÉRÉE

La procédure de Sauvegarde Financière Accélérée « SFA » a été introduite aux articles L. 628-1 à L. 628-7 sous le chapitre VIII du livre VI du Code de Commerce.

Application de la SFA à compter du 1er mars 2011 même pour les procédures de conciliation en cours.

La SFA constitue une variante de la procédure de sauvegarde, puisque les règles de la sauvegarde s’appliquent, sauf dispositions spécifiques prévues aux articles L. 628-1 à L. 628-7.

1. Présentation de la SFA

La SFA vise à obtenir le redressement d’entreprise dont l’activité économique est viable mais qui rencontrent des difficultés financières.

La SFA tend à faciliter l’adoption d’un plan de sauvegarde recevant l’avis majoritairement favorable des seuls créanciers financiers sans toutefois obtenir un accord unanime de ces derniers écartant de la procédure de sauvegarde tous les autres créanciers.

Le débiteur doit être en conciliation.

Le débiteur, avec l’assistance du conciliateur, négociera un plan de sauvegarde dans le cadre d’une procédure de conciliation avec une majorité des créanciers financiers avant de l’imposer aux créanciers financiers récalcitrants dans le cadre d’une procédure de sauvegarde.

L’ouverture d’une SFA fait l’objet d’une publication.

2. Conditions d’application de la SFA

Seul le débiteur peut demander l’ouverture de la SFA.

La SFA est applicable au débiteur, faisant l’objet d’une procédure de conciliation en cours, qui remplit les conditions suivantes :

  • n’est pas en état de cessation de paiements ;
  • justifie de difficultés insurmontables ;
  • satisfait aux critères requis pour la constitution de comités de créanciers ;
  • justifie avoir élaboré, au cours de la conciliation, un projet de plan susceptible de recueillir un soutien de la majorité des créanciers financiers et obligataires

La demande d’ouverture de la SFA par le débiteur est accompagnée d’un rapport du conciliateur décrivant le déroulement de la procédure de conciliation et les perspectives sérieuses de conclusion d’un accord dans un délai d’un mois (prorogeable une fois pour un mois), à compter de l’ouverture de la SFA.

Le conciliateur sera automatiquement nommé en qualité d’administrateur judiciaire, sauf décision contraire motivée.

3. Durée de la SFA

Durée d’un mois exceptionnellement prolongée pour un mois supplémentaire.

4. Effets de la SFA à l’égard des créanciers

L’ouverture d’une SFA n’a d’effet qu’à l’égard des créanciers membres du comité des établissements de crédit et, le cas échéant, des obligataires.

Seul le comité des établissements de crédit et, le cas échéant, l’assemblée des obligataires seront constitués et réunis dans un délai de 8 jours suivant l’ouverture de la SFA.

Le plan de sauvegarde sera voté à la majorité des deux tiers du montant des créances détenues par les membres du comité des établissements de crédit ayant exprimé un vote.

Afin d’assurer le maintien de l’activité opérationnelle du débiteur, la SFA est sans effet sur les fournisseurs et sur les créanciers publics qui n’ont pas à déclarer leurs créances.

Le comité des créanciers fournisseurs ne sera pas réuni et les dettes fournisseurs seront réglées suivant les délais contractuellement stipulés.

Pour les créanciers financiers ayant participé à la conciliation, une liste des créances à la date de l’ouverture de la procédure de SFA est établie par le débiteur et certifiée par l’expert6comptable ou le Commissaire aux comptes.

Cette liste est déposée au greffe du Tribunal de Commerce.

Les créances détenues par les créanciers financiers ayant participé à la conciliation sont réputées déclarées.

5. Adoption du plan par le Tribunal

Le Tribunal doit arrêter le plan dans le délai d’un mois à compter du jugement d’ouverture (prorogation possible pour une période d’un mois supplémentaire).

A défaut d’adoption du plan par le comité des établissements de crédit et, le cas échéant, l’assemblée des obligataires dans le délai d’un mois (prorogeable une fois pour un mois), le Tribunal met fin à la SFA.



retour



cncc

cfcj

cnb