Quelle est l’erreur la plus courante commise par les fondateurs d’entreprises en démarrage au cours de leur croissance initiale ? Ne pas établir d’emblée une structure juridique solide. Bien qu’il soit tentant de creuser dans la vision de votre entreprise et de commencer à concrétiser votre idée, il est important que les fondateurs s’arrêtent et couvrent leurs bases juridiques. Ci-dessous, nous avons décrit les sept principaux documents juridiques que les fondateurs doivent mettre en place pour éviter des batailles juridiques coûteuses à l’avenir.

1. Statuts constitutifs

Les fondateurs d’entreprises en démarrage commettent souvent l’erreur de ne pas mettre en place la structure d’entreprise appropriée. La création d’une entreprise individuelle peut entraîner d’énormes factures d’impôt sur le revenu et des obligations juridiques dont les fondateurs sont personnellement responsables.

Bien que toutes les options comportent des avantages et des inconvénients, la plupart du temps, les entreprises en démarrage ayant plusieurs actionnaires devraient former une société en nom collectif. Les entreprises qui veulent moins d’obligations fiscales et qui veulent éviter des frais plus élevés au début de leur croissance devraient envisager de former une société à responsabilité limitée (SARL).

2. Convention de cession de propriété intellectuelle (PI)

Un contrat de cession de propriété intellectuelle pourrait être le document juridique clé qui déterminera si votre entreprise en démarrage peut attirer les investissements dont elle a besoin pour croître. C’est particulièrement vrai pour les entreprises technologiques, car c’est souvent la valeur de votre portefeuille de PI que les investisseurs et les sociétés de capital de risque évaluent.

Les fondateurs d’une entreprise en démarrage devraient être propriétaires de tous les actifs de PI par écrit afin d’éviter des réclamations coûteuses de la part des chasseurs de brevets et des entreprises qui tentent de copier votre modèle d’affaires, entre autres choses. Lors de la création d’une nouvelle société, une bonne pratique consiste à céder toute la propriété intellectuelle pertinente à la société. Il y a deux types d’accords de cession de propriété intellectuelle à prendre en considération :

Les contrats de cession de technologie attribuent aux entreprises en démarrage toute propriété intellectuelle créée avant la création de l’entreprise. Dans certains cas, les promoteurs peuvent conserver des droits de propriété intellectuelle individuels ou vendre leurs droits en échange d’actions ou d’espèces.

3. Règlements administratifs

Afin de s’assurer qu’une startup fonctionne avec le moins de complications possible, les fondateurs devraient formuler des règlements administratifs solides dès le départ. Les statuts doivent établir les règles internes de la société, notamment la manière de régler les litiges, de choisir les dirigeants et de déterminer les droits et les pouvoirs des actionnaires. Plus important encore, les règlements administratifs devraient établir des seuils de vote pour l’approbation de certaines mesures prises par la société, comme l’élection de nouveaux membres du conseil ou l’endettement.

4. Accord d’exploitation (Accord de fondation)

Pour éviter tout conflit entre les parties fondatrices, tous les cofondateurs doivent signer un accord d’exploitation global. L’accord devrait définir la relation des fondateurs, prévoir l’espoir que tous les travaux appartiendront à une entité à l’avenir et prévoir une clause de communication et de résolution des conflits de base qui peut aider à prévenir les conflits.

5. Ententes de non-divulgation

Il est impératif d’avoir un accord de non-divulgation à portée de main avant toute conversation d’affaires entre vous et une tierce partie. Dès qu’un employé ou un investisseur potentiel franchit votre porte, vous devez avoir un accord de non-divulgation en attente de signature. Les END protègent votre entreprise en protégeant les idées de votre fondateur et de vos employés ainsi que votre propriété intellectuelle. Une END devrait préciser ce qui suit :

Ce qui constitue une information confidentielle
Comment les renseignements confidentiels devraient être traités
A qui appartiennent ces informations (la société)
la période pendant laquelle les renseignements seront divulgués
La confidentialité de la période de temps sera maintenue.

6. Contrats des employés et lettres d’offre

Les PDG et les fondateurs de start-ups doivent rédiger des contrats de travail clairs et offrir des lettres lors de l’embauche de nouveaux employés. Ces documents juridiques sont essentiels pour s’assurer que les employés comprennent ce qu’on attend d’eux. Ils devraient clairement énoncer ce qui suit :

Conditions d’emploi (rémunération, responsabilités professionnelles, heures de travail et motifs de cessation d’emploi)
Structure hiérarchique
Propriété intellectuelle de l’œuvre
Attentes
Engagements requis
Acquisition des actions
Politiques de l’entreprise (jours de vacances, congés payés, code vestimentaire)