• bitcoinBitcoin (BTC) $ 29,406.00 0.4%
  • ethereumEthereum (ETH) $ 1,976.76 0.69%
  • tetherTether (USDT) $ 1.00 0.03%
  • usd-coinUSD Coin (USDC) $ 1.00 0.03%
  • xrpXRP (XRP) $ 0.414380 0.42%
  • binance-usdBinance USD (BUSD) $ 1.00 0.06%
  • cardanoCardano (ADA) $ 0.532341 4.05%
  • solanaSolana (SOL) $ 50.55 1.74%
  • dogecoinDogecoin (DOGE) $ 0.085455 1.81%
  • polkadotPolkadot (DOT) $ 9.83 1.72%
  • wrapped-bitcoinWrapped Bitcoin (WBTC) $ 29,376.00 0.96%
  • tronTRON (TRX) $ 0.074871 2.82%
  • shiba-inuShiba Inu (SHIB) $ 0.000012 1.65%
  • daiDai (DAI) $ 1.00 0.08%
  • litecoinLitecoin (LTC) $ 69.93 2.8%
  • matic-networkPolygon (MATIC) $ 0.649637 2.98%
  • bitcoin-cashBitcoin Cash (BCH) $ 194.24 3.05%
  • chainlinkChainlink (LINK) $ 7.03 2.01%
  • cosmosCosmos Hub (ATOM) $ 11.10 0.56%
  • moneroMonero (XMR) $ 178.08 4.33%
  • stellarStellar (XLM) $ 0.130057 2.34%
  • okbOKB (OKB) $ 12.18 1.31%
  • ethereum-classicEthereum Classic (ETC) $ 20.45 1.6%
  • uniswapUniswap (UNI) $ 5.26 0.04%
  • vechainVeChain (VET) $ 0.030832 2.62%
  • internet-computerInternet Computer (ICP) $ 8.12 5.4%
  • filecoinFilecoin (FIL) $ 8.15 3.24%
  • compound-ethercETH (CETH) $ 39.76 0.23%
  • pancakeswap-tokenPancakeSwap (CAKE) $ 4.58 3.58%
  • eosEOS (EOS) $ 1.31 2.46%
  • makerMaker (MKR) $ 1,410.59 0.69%
  • aaveAave (AAVE) $ 91.85 1.82%
  • theta-tokenTheta Network (THETA) $ 1.25 2.8%
  • compound-usd-coincUSDC (CUSDC) $ 0.022650 0.06%
  • bitcoin-svBitcoin SV (BSV) $ 48.68 0.86%
  • iotaIOTA (MIOTA) $ 0.327789 1.3%
  • cdaicDAI (CDAI) $ 0.022057 0.39%
  • neoNEO (NEO) $ 10.44 2.96%
  • kusamaKusama (KSM) $ 76.05 0.26%

Reclassement professionnel, comment choisir le bon cabinet ?

 

Le reclassement professionnel doit être mis en place par l’employeur lorsque l’un des collaborateurs devient inapte pour effectuer son travail, indépendamment de sa volonté. Le reclassement professionnel bénéficie d’un encadrement juridique : l’article L 1226-2 du Code du Travail. Ainsi, l’employé peut continuer à travailler, mais à un poste adapté à son inaptitude. C’est un moyen d’assurer son avenir professionnel.

Le reclassement professionnel

 

Fonctionnement 

Le reclassement professionnel résulte de deux cas de figure :

  1. dans la majorité des cas, il est justifié par l’inaptitude médicale de l’employé et son licenciement professionnel. Il se peut, par exemple, que suite à un arrêt-maladie ou à un accident du travail, le salarié ne soit plus en mesure de bien effectuer son travail. Le médecin du travail doit fournir un rapport sur les caractéristiques de l’inaptitude du salarié ;
  2. en cas de licenciement économique. L’exemple le plus concret est la transformation digitale du poste. C’est le cas du poste de caissier : de plus en plus de commerces optent pour les caisses intelligentes qui n’ont pas besoin d’assistance humaine, ce qui pousse les employeurs à reclasser les caissiers.

Le reclassement est obligatoire, peu importe la taille et le type de l’entreprise, TPE, PME ou grande entreprise. 

 

Principes 

Dans le cadre d’un reclassement, le nouveau poste doit être conforme à l’ancien, même si la rémunération est moins élevée. Il faudra néanmoins modifier le contrat de travail et les années d’ancienneté ne se perdent pas. Sinon, il peut proposer un poste équivalent. Concrètement, c’est une option difficile à mettre en œuvre. C’est pourquoi l’employeur doit recourir au bilan de compétences pour permettre au salarié d’envisager une reconversion professionnelle. L’employeur doit également financer la procédure de reclassement et octroyer une indemnité conventionnelle au salarié. C’est donc l’employeur qui va prendre en charge le financement des services du cabinet d’outplacement. Toutefois, il faut savoir que le reclassement consiste en une obligation de moyen et non pas de résultat.

 

L’Outplacement

 

Le cabinet Outplacement

Le Cabinet outplacement offre la possibilité au collaborateur de bénéficier des conseils de consultants professionnels des Ressources Humaines pour qu’il puisse réintégrer le marché de l’emploi. En principe, l’entreprise pour laquelle l’employé travaillait doit prendre en charge les honoraires de ces conseillers, en particulier pour les cas de licenciements économiques. Ainsi, l’outplacement est la prestation personnalisée qui permet au salarié licencié de connaître les aptitudes qu’il possède pour envisager une réorientation ou une Reconversion professionnelle. Il n’est pas codifié par la loi (à la différence du bilan de compétences) et chaque cabinet de conseil possède sa propre méthodologie. 

 

Comment choisir son cabinet outplacement ? 

 

Se renseigner sur le déroulement de l’outplacement

Généralement, l’outplacement comprend les phases suivantes :

  • le bilan professionnel et l’évaluation des compétences et de l’adaptabilité par le biais de tests de personnalité par exemple ;
  • le coaching et la documentation sur le parcours professionnel ;
  • le plan d’action et l’élaboration d’un projet professionnel ;
  • la mise en œuvre de la recherche d’un nouvel emploi (techniques de recherche d’emploi ou TRE) ;
  • la négociation du nouveau contrat de travail.

Faire ses propres recherches

Il est possible que l’employeur suggère des cabinets d’outplacement avec lesquels il a l’habitude de travailler. Cependant, le salarié peut faire ses propres recherches, car il est essentiel de faire le bon choix pour garantir le succès de la démarche. Il faudra se baser sur les avis recueillis sur leurs sites, le taux de réinsertion professionnelle de leurs anciens clients ou encore le rapport qualité/prix. Si vous vous financez, vous pouvez « tester » et rencontrer plusieurs cabinets avant de trouver le bon consultant pour améliorer sa vie professionnelle.

 

Les avantages de l’outplacement individuel

 

C’est un excellent moyen pour rebondir professionnellement. Cette solution d’accompagnement personnalisé peut aider les salariés qui n’ont pu bénéficier d’un reclassement à se repositionner rapidement sur le marché du travail. Cependant, il est intéressant de bien réfléchir à la proposition de l’employeur. En effet, les indemnités de rupture conventionnelle proposées par l’employeur peuvent s’avérer plus intéressantes pour l’évolution professionnelle que le recours aux services d’un consultant en outplacement. 

Partager sur