• bitcoinBitcoin (BTC) $ 23,734.00 2.61%
  • ethereumEthereum (ETH) $ 1,643.31 3.72%
  • tetherTether (USDT) $ 1.00 0.04%
  • usd-coinUSD Coin (USDC) $ 0.999788 0.07%
  • xrpXRP (XRP) $ 0.415315 2.05%
  • binance-usdBinance USD (BUSD) $ 0.999782 0.05%
  • cardanoCardano (ADA) $ 0.398246 1.79%
  • dogecoinDogecoin (DOGE) $ 0.094630 0.98%
  • matic-networkPolygon (MATIC) $ 1.20 8.39%
  • okbOKB (OKB) $ 38.13 0.92%
  • solanaSolana (SOL) $ 25.04 4.66%
  • polkadotPolkadot (DOT) $ 6.47 3.46%
  • litecoinLitecoin (LTC) $ 100.60 6.59%
  • shiba-inuShiba Inu (SHIB) $ 0.000012 1.65%
  • tronTRON (TRX) $ 0.063358 1.9%
  • uniswapUniswap (UNI) $ 6.83 4.08%
  • daiDai (DAI) $ 1.00 0.08%
  • cosmosCosmos Hub (ATOM) $ 14.73 10.31%
  • wrapped-bitcoinWrapped Bitcoin (WBTC) $ 23,738.00 2.83%
  • chainlinkChainlink (LINK) $ 7.23 4.19%
  • moneroMonero (XMR) $ 177.76 0.04%
  • ethereum-classicEthereum Classic (ETC) $ 22.44 3.55%
  • bitcoin-cashBitcoin Cash (BCH) $ 135.77 1.97%
  • stellarStellar (XLM) $ 0.092422 1.95%
  • filecoinFilecoin (FIL) $ 5.69 8.61%
  • vechainVeChain (VET) $ 0.024850 7.25%
  • internet-computerInternet Computer (ICP) $ 6.11 3.89%
  • aaveAave (AAVE) $ 88.05 6.22%
  • eosEOS (EOS) $ 1.08 1.78%
  • theta-tokenTheta Network (THETA) $ 1.08 5.39%
  • bitcoin-svBitcoin SV (BSV) $ 43.41 1.65%
  • pancakeswap-tokenPancakeSwap (CAKE) $ 4.09 1.55%
  • iotaIOTA (MIOTA) $ 0.232749 2.22%
  • compound-usd-coincUSDC (CUSDC) $ 0.022731 0.23%
  • makerMaker (MKR) $ 668.47 2.38%
  • neoNEO (NEO) $ 8.44 3.25%
  • cdaicDAI (CDAI) $ 0.022211 0.23%
  • compound-ethercETH (CETH) $ 32.89 2.64%
  • kusamaKusama (KSM) $ 36.50 3.4%

Pour bien rédiger votre cahier des charges, adoptez la méthode agile !

Vous venez de créer votre entreprise et souhaitez réaliser votre site internet ? À défaut de n’avoir aucune connaissance en développement web, vous allez être amené à confier cette tâche à un prestataire extérieur ou à votre équipe interne.

 

Avec l’évolution constante du marché, les lourds cahiers des charges, visant un développement sur du long terme, ne sont plus adaptés. Les marchés réagissent beaucoup trop vite et des opportunités se présentent faisant avancer votre business de manière différente de ce que vous aviez prévu. La tendance est à l’agilité définit par la rédaction de documents plus courts, basé sur des cycles de développement plus rapides. Vous devez évoluer de pair avec votre marché !

 

Quels documents fournir à mon prestataire ? Comment faire pour qu’il comprenne parfaitement ce que je souhaite ? Découvrez comment adapter cette méthode à votre projet.

 

Présentez l’offre de votre entreprise avec un résumé analytique

 

C’est un document relativement succinct, d’une à deux pages, dont l’objectif est de présenter le projet dans ses grandes lignes. En effet, il s’agit d’un document à vision générale qui va présenter le concept et les grandes fonctionnalités de votre futur site.

 

Avant de détailler plus précisément et techniquement les fonctionnalités du site, il est important de présenter le projet dans son ensemble. Il va jouer ce rôle et permettre à votre prestataire, qu’il soit technique ou plutôt graphique, de se projeter, comprendre la problématique du marché, l’offre de votre entreprise et donc être force de proposition.

 

Ce document est un exercice primordial pour l’entrepreneur et doit être orienté en fonction de votre prestataire.

 

Rédigez des documents plus succincts et équivalents au cahier des charges

 

Rappelons-le, de longs cahiers des charges complexes ne suivent pas l’évolution du marché. Afin de remédier à ce problème, vous devez rendre votre cahier des charges plus fonctionnel. Pour cela, le principe est de découper votre projet en blocs de fonctionnalités puis de les hiérarchiser en fonction des besoins.

 

Cette pratique plus agile vise à se concentrer sur la valeur délivrée à l’utilisateur en testant des fonctionnalités au fur et à mesure.

 

Ces groupes de fonctionnalités vont ainsi être réalisées pas à pas faisant évoluer votre projet sur la continuité. De ce fait, votre site ne connaîtra pas de période « stand-by » et continuera à vivre tout en étant amélioré constamment.

 

Cela vous permettra également un champ d’action au niveau marketing car vous pourrez communiquer régulièrement sur les nouvelles mises à jour de votre site, créant ainsi une interaction avec votre communauté.

 

Identification des utilisateurs de votre site

 

Avant de commencer la rédaction de ces blocs de fonctionnalités, identifiez vos cibles d’utilisateurs afin d’adapter vos fonctionnalités. Pour cela, posez-vous de simples questions pour fixer vos objectifs à court terme : Quels sont mes utilisateurs ? Quels sont leurs besoins ?

 

Étant dans une phase de démarrage, votre budget ne se prête pas à un développement conséquent. C’est pourquoi, il est l’important de prioriser vos fonctionnalités et pour cela, allez à l’essentiel ! Quelles sont les fonctionnalités à développer en premier ? Sont-elles vraiment attendues par mes utilisateurs ? Feront-elles avancer mon business ?

 

Pour chaque fonctionnalité, il est important de peser le pour et le contre en prenant en compte l’ensemble des éléments tels que le budget nécessaire, les gains potentiels et le temps de développement.

 

Vouloir tout automatiser dès le début est une erreur, car cela représente une somme importante d’une part et de plus, vous êtes dans une phase de test où vos process ne sont pas encore sûr. Le fait de développer pas à pas, vous permettra de tester vos fonctionnalités au fur et à mesure et donc d’arrêter à temps si cela ne fonctionne pas.

 

Le fait de découper le cahier des charges en lot de fonctionnalités va permettre à votre prestataire d’évaluer le montant de chaque lot. En fonction du prix et du temps estimé, vous serez en mesure de savoir s’il s’agit d’une fonctionnalité intéressante pouvant ou non être développé dans l’immédiat et de ce fait, vous pourrez orienter l’ensemble de votre budget.

 

Établir un lexique métier pour un langage commun

 

Dans l’optique d’une bonne compréhension de votre prestataire, il est nécessaire de rédiger un lexique métier qui définira l’ensemble de vos acteurs ainsi que tous les termes à connaitre. C’est en quelque sorte un petit dictionnaire qui permet d’avoir un vocabulaire commun, à portée de main de votre prestataire.

 

Intégrez un wireframe pour le côté visuel

 

Afin que votre prestataire puisse se projeter visuellement, l’idéal est d’intégrer un wireframe à vos mini cahiers des charges.

 

Ce document est une maquette utile au web design, permettant de définir les différentes zones d’un site web. Ainsi, vous pourrez placer tous les éléments que vous souhaitez voir apparaître sur votre page selon votre envie.

 

Pour résumer, il est important de fournir un executive summary à votre prestataire afin qu’il puisse comprendre l’environnement de votre entreprise. Puis, concernant votre cahier des charges, celui-ci doit avoir une partie à la fois rédactionnelle et technique, découpé par lots de fonctionnalités ainsi qu’une partie graphique avec l’intégration d’un wireframe.

Partager sur