• bitcoinBitcoin (BTC) $ 17,057.34 0.08%
  • ethereumEthereum (ETH) $ 1,266.47 0.05%
  • tetherTether (USDT) $ 1.00 0%
  • usd-coinUSD Coin (USDC) $ 0.999022 0.18%
  • binance-usdBinance USD (BUSD) $ 1.00 0.03%
  • xrpXRP (XRP) $ 0.386918 0.52%
  • dogecoinDogecoin (DOGE) $ 0.100336 2.26%
  • cardanoCardano (ADA) $ 0.318564 0.81%
  • matic-networkPolygon (MATIC) $ 0.914408 0.13%
  • polkadotPolkadot (DOT) $ 5.48 0.38%
  • litecoinLitecoin (LTC) $ 79.73 1.84%
  • shiba-inuShiba Inu (SHIB) $ 0.000009 0.98%
  • okbOKB (OKB) $ 21.07 1.78%
  • daiDai (DAI) $ 0.999261 0.1%
  • solanaSolana (SOL) $ 14.14 0.87%
  • tronTRON (TRX) $ 0.053425 0.03%
  • uniswapUniswap (UNI) $ 6.19 0.4%
  • chainlinkChainlink (LINK) $ 7.10 2.52%
  • wrapped-bitcoinWrapped Bitcoin (WBTC) $ 17,036.32 0.22%
  • cosmosCosmos Hub (ATOM) $ 10.14 1.89%
  • ethereum-classicEthereum Classic (ETC) $ 19.56 0.15%
  • moneroMonero (XMR) $ 144.08 0.79%
  • stellarStellar (XLM) $ 0.085821 1.37%
  • bitcoin-cashBitcoin Cash (BCH) $ 111.94 0.61%
  • filecoinFilecoin (FIL) $ 4.57 0.67%
  • vechainVeChain (VET) $ 0.019202 0.76%
  • internet-computerInternet Computer (ICP) $ 4.43 0.52%
  • eosEOS (EOS) $ 0.959911 2.64%
  • aaveAave (AAVE) $ 63.82 1.64%
  • theta-tokenTheta Network (THETA) $ 0.899777 1.84%
  • bitcoin-svBitcoin SV (BSV) $ 41.50 0.68%
  • pancakeswap-tokenPancakeSwap (CAKE) $ 3.95 0.82%
  • iotaIOTA (MIOTA) $ 0.213154 0.93%
  • compound-usd-coincUSDC (CUSDC) $ 0.022681 0.1%
  • makerMaker (MKR) $ 628.98 1.36%
  • neoNEO (NEO) $ 7.08 1.17%
  • compound-ethercETH (CETH) $ 25.45 0.17%
  • cdaicDAI (CDAI) $ 0.022102 0.08%
  • kusamaKusama (KSM) $ 30.45 3.89%

Portage salarial : ce qu’il faut analyser avant de se lancer

Apparu au XXIe siècle, le portage salarial visait essentiellement à convertir les honoraires en salaires, pour améliorer les revenus des travailleurs. Il a évolué dans le temps et ses avantages vont aujourd’hui bien au-delà d’une simple augmentation de salaire. Cependant, pour profiter pleinement de ces avantages, il est important de tenir compte des nombreuses implications de cette forme d’emploi. Zoom sur tout ce qu’il faut savoir sur le portage salarial avant de se lancer !

Mieux comprendre le portage salarial

Relation contractuelle tripartite, le portage salarial implique un salarié, l’entreprise pour laquelle ce dernier travaille et un prestataire (entreprise de portage salarial). Pour formaliser la collaboration, un contrat de travail est établi d’une part entre le salarié et l’entreprise de portage salarial. D’autre part, un contrat est établi entre l’entreprise cliente et la société de portage salarial.

Le portage salarial vise à permettre à un professionnel d’exercer en toute autonomie son activité en prospectant et en fixant librement les tarifs de ses prestations auprès de ses clients. Pour ce faire, l’entreprise de portage salarial se charge de gérer les domaines comptable, social et fiscal de l’activité du salarié, pour sécuriser les différentes missions.

Le travailleur porté bénéficie d’un statut de salarié et perçoit une rémunération mensuelle, calculée en fonction du chiffre d’affaires facturé après déduction des frais de gestion. Pour obtenir le montant de cette rémunération, les outils en ligne comme ce simulateur de salaire sont rapides et efficaces.

Le salarié porté profite également de tous les avantages sociaux liés au statut de salarié : l’indemnité chômage, la Sécurité sociale, les congés payés, la retraite, la mutuelle, la prévoyance cadre, etc.

salarié porté

Simulez votre salaire en portage salarial

Si au regard des nombreux avantages du portage salarial présentés ci-dessus, vous envisagez de l’adopter, il est important de connaître le salaire que vous percevrez. Pour ce faire, vous devez simuler votre salaire en portage salarial.

Tout d’abord, il faut définir votre chiffre d’affaires ou votre taux journalier moyen. Cela consiste dans un premier temps à diviser votre salaire annuel de référence par le nombre de jours où vous travaillez par an. Une fois que vous aurez déterminé cette valeur, il vous faudra la multiplier par le nombre de jours travaillés dans le mois pour obtenir un ordre d’idée à l’échelle mensuelle.

À ce stade, nous vous recommandons de revoir à la hausse votre taux journalier moyen par rapport à votre salaire annuel habituel si vous êtes issu du salariat classique.

La deuxième étape de la simulation du salaire en portage salarial consiste à intégrer les frais de gestion et les charges sociales au calcul. En effet, le statut de salarié porté ne vous dispense pas des charges affectées aux salariés classiques. Vous devez donc soustraire du salaire brut, la somme des cotisations auprès des différents organismes collecteurs.

De plus, la prestation des entreprises de portage implique des frais de gestion qui couvrent les formations, l’assistance juridique, l’accès aux locaux, la comptabilité ; mais aussi les avances sur salaires et la gestion administrative. Le pourcentage des frais de gestion varie selon les prestataires et se situe généralement entre 5 et 10 % en fonction des services souscrits.

La dernière étape de la simulation consiste à calculer les frais de mission et de fonctionnement. Il s’agit des frais non imposables et qui sont perçus en complément du salaire net. Pour les calculer, il faut prendre en compte les dépenses relatives à votre activité d’indépendant et les dépenses relatives à votre mission. Ces dépenses peuvent concerner par exemple : les matériels, les déplacements, les repas, l’abonnement internet, les frais de communication, etc. Une fois que vous les avez toutes recensées, il faut calculer leur montant par mois puis diviser celui-ci par le nombre de jours ouvrés pour chiffrer ces dépenses au quotidien.

Pour accélérer ce processus et estimer rapidement votre salaire en portage salarial, nous vous recommandons l’utilisation de simulateurs de salaire. Ces outils en ligne vous fournissent des résultats bien détaillés en peu de temps.

Quel type de contrat choisir ?

Il existe principalement trois types de contrats de portage salarial : le contrat de prestation, le contrat d’adhésion et le contrat de travail.

Le contrat d’adhésion

Encore appelé convention d’adhésion, le contrat d’adhésion est un document qui définit les obligations et les termes de relation entre le professionnel indépendant et la société de portage salarial. La signature de ce contrat est le premier pas à franchir pour devenir salarié porté. En effet, ce document matérialise la volonté des deux parties à travailler ensemble et il peut être signé même avant qu’une mission ne soit effectuée.

Le contrat d’adhésion renseigne sur la durée de l’engagement des deux parties, l’ensemble des frais de gestion prévus, les modalités de fonctionnement (détermination et versement du salaire par exemple). Vous y trouverez aussi une présentation du salarié porté et du prestataire, les clauses de résiliation du contrat, les services de l’entreprise de portage pour le salarié porté, sans oublier les différentes modalités de remboursement des frais.

Le contrat de prestation

Encore appelé contrat commercial de prestation, c’est un document à travers lequel la société de portage conclut une relation commerciale avec l’entreprise cliente. Il s’établit uniquement lorsque le salarié porté réussit à négocier sa prestation auprès d’un client. Pour cela, le contrat de prestation se base sur les éléments arrêtés lors de la négociation.

Notez qu’une rupture du contrat de prestation n’entraîne pas une rupture de la relation contractuelle entre le salarié porté et son client.

Le contrat de prestation décrit de façon claire les obligations et les droits de chacune des parties concernées, notamment :

  • le descriptif des missions,
  • le prix de la prestation,
  • les clauses de confidentialité,
  • les conditions et le mode de paiement,
  • et la durée de la mission.

Vous y trouvez aussi les coordonnées du client ou de l’entreprise cliente (identité, contacts, adresse) et les moyens utilisés pour accomplir les missions.

Le contrat de travail

Comme énoncé plus haut, le portage salarial est un moyen de concilier le salariat et l’entrepreneuriat. Dans ce type de relation contractuelle, la société de portage est considérée comme l’employeur du salarié porté. Ainsi, ce dernier bénéficie de tous les privilèges qui sont réservés à un salarié dans les cas de salariat classique. La principale différence réside dans le fait que le salarié porté trouve lui-même ses missions et n’est payé qu’en fonction de celles qu’il accomplit.

Qu’il s’agisse d’un Contrat à Durée Indéterminée (CDI) ou d’un Contrat à Durée Déterminée (CDD), le contrat de travail en portage salarial doit renseigner sur certaines informations clés. Il s’agit de la durée de la prestation, des moyens de calcul et de versement du salaire de l’individu porté, ainsi que de l’identité du travailleur et de celle de la société de portage.

Les clauses de l’acquisition et du paiement des congés et la date d’embauche du salarié porté, mais aussi les domaines d’intervention et les conditions (horaires) dans lesquelles se fera le travail.

Ce document représente donc une garantie pour le professionnel et l’entreprise de portage en ce qui concerne le respect des termes négociés.

Votre activité est-elle adaptée pour le portage salarial ?

Le portage salarial n’est pas systématiquement accessible à tous les travailleurs. Les profils éligibles à ce mode de fonctionnement sont bien définis.

Les activités intellectuelles

Cette catégorie regroupe les métiers qui visent à créer des ressources immatérielles dans des domaines créatifs comme la science, l’art, la littérature, etc. Les professionnels de ces domaines qui peuvent recourir au portage salarial sont ceux qui interviennent en : audit, assistance administrative, formation, coaching, ingénierie, études, santé, informatique, graphisme. Mais aussi dans les métiers du web comme la rédaction, le design, le développement, le community management, etc.

Les activités commerciales

Il s’agit de l’ensemble des activités autour de la vente des biens ou services. Dans cette catégorie, les salariés portés peuvent faire de la gestion de patrimoine, de l’intermédiation, des transactions immobilières (négociateur, mandataire), etc. Il faut noter que le commerce en magasin n’est pas toujours pris en compte dans le portage salarial, car plusieurs entreprises de portage sont réticentes face à ce genre de profil.

Partager sur