• bitcoinBitcoin (BTC) $ 69,273.00 0.92%
  • ethereumEthereum (ETH) $ 3,746.19 0.52%
  • tetherTether (USDT) $ 0.999829 0.04%
  • solanaSolana (SOL) $ 168.30 0.34%
  • usd-coinUSDC (USDC) $ 0.999596 0.01%
  • xrpXRP (XRP) $ 0.540876 1.14%
  • dogecoinDogecoin (DOGE) $ 0.171005 4.54%
  • cardanoCardano (ADA) $ 0.462109 0.75%
  • shiba-inuShiba Inu (SHIB) $ 0.000025 2.05%
  • wrapped-bitcoinWrapped Bitcoin (WBTC) $ 69,344.00 0.89%
  • chainlinkChainlink (LINK) $ 17.41 1.09%
  • polkadotPolkadot (DOT) $ 7.42 2.52%
  • tronTRON (TRX) $ 0.113718 1.48%
  • bitcoin-cashBitcoin Cash (BCH) $ 492.66 0.45%
  • uniswapUniswap (UNI) $ 11.30 12.14%
  • matic-networkPolygon (MATIC) $ 0.729643 1.19%
  • litecoinLitecoin (LTC) $ 84.81 0.03%
  • internet-computerInternet Computer (ICP) $ 12.32 0.37%
  • daiDai (DAI) $ 1.00 0.12%
  • ethereum-classicEthereum Classic (ETC) $ 31.63 0.08%
  • filecoinFilecoin (FIL) $ 5.99 3.18%
  • cosmosCosmos Hub (ATOM) $ 8.48 0.72%
  • stellarStellar (XLM) $ 0.110707 0.55%
  • okbOKB (OKB) $ 48.88 0.3%
  • makerMaker (MKR) $ 2,790.94 1.79%
  • vechainVeChain (VET) $ 0.035490 0.68%
  • moneroMonero (XMR) $ 141.15 0.13%
  • theta-tokenTheta Network (THETA) $ 2.37 2.14%
  • aaveAave (AAVE) $ 105.30 6.21%
  • bitcoin-svBitcoin SV (BSV) $ 64.01 1.73%
  • neoNEO (NEO) $ 15.53 2.14%
  • eosEOS (EOS) $ 0.848612 1.14%
  • pancakeswap-tokenPancakeSwap (CAKE) $ 2.98 1.53%
  • iotaIOTA (IOTA) $ 0.230364 0.61%
  • compound-ethercETH (CETH) $ 75.35 0.48%
  • kusamaKusama (KSM) $ 32.60 2.03%
  • binance-usdBUSD (BUSD) $ 0.999221 0.17%
  • compound-usd-coincUSDC (CUSDC) $ 0.023910 0.14%
  • cdaicDAI (CDAI) $ 0.023367 0.13%

Les différences entre une procédure de sauvegarde et une liquidation

Dans cet article, nous examinerons les différences entre deux procédures juridiques cruciales pour les entreprises en difficulté : la sauvegarde et la liquidation. Nous aborderons les obligations légales, les conséquences pour les parties prenantes et les critères à considérer pour déterminer la meilleure option pour une entreprise en difficulté. Si vous êtes confronté à des problèmes juridiques complexes, il est important de consulter un professionnel compétent et expérimenté. N’hésitez pas à faire appel à Le Bouard Avocats pour bénéficier de conseils et d’une assistance juridique adaptés à votre situation.

 

La procédure de sauvegarde

 

A. Définition et objectifs

La procédure de sauvegarde, introduite par la loi n° 2005-845 du 26 juillet 2005 de sauvegarde des entreprises, vise à permettre à une entreprise de poursuivre son activité, de maintenir l’emploi et d’apurer son passif. Cette procédure est ouverte aux entreprises qui ne sont pas en cessation de paiements mais qui rencontrent des difficultés qu’elles ne peuvent surmonter seules (article L. 620-1 du Code de commerce).

 

B. Conditions et déroulement de la procédure

Le déclenchement de la procédure de sauvegarde repose sur la demande du chef d’entreprise. Le tribunal de commerce ou le tribunal de grande instance, selon la nature de l’entreprise, est saisi et doit statuer sur l’ouverture de la procédure (articles L. 621-1 et suivants du Code de commerce). Si la procédure est ouverte, un administrateur judiciaire est désigné pour assister l’entreprise dans l’élaboration d’un plan de sauvegarde. Ce plan doit être adopté par les créanciers et homologué par le tribunal.

 

C. Conséquences pour les parties prenantes

La procédure de sauvegarde a pour objectif de préserver l’activité de l’entreprise et les emplois. Les contrats de travail sont maintenus et les créanciers ne peuvent pas engager d’actions en recouvrement de leurs créances. Les créanciers sont payés selon l’échéancier prévu par le plan de sauvegarde, qui peut prévoir des remises de dettes, des échelonnements de paiement et des conversions de dettes en capital.

 

La liquidation judiciaire

 

A. Définition et objectifs

La liquidation judiciaire est une procédure collective destinée à mettre fin à l’activité de l’entreprise et à procéder à la vente de ses actifs pour rembourser les créanciers. Cette procédure intervient lorsque l’entreprise est en cessation de paiements et que son redressement est manifestement impossible (article L. 640-1 du Code de commerce).

 

B. Conditions et déroulement de la procédure

La liquidation judiciaire est décidée par le tribunal de commerce ou le tribunal de grande instance, sur demande du chef d’entreprise, d’un créancier ou du ministère public. Le tribunal désigne un liquidateur judiciaire chargé de réaliser l’actif de l »entreprise et de répartir le produit de la vente entre les créanciers (articles L. 641-1 et suivants du Code de commerce). La procédure se termine par la clôture de la liquidation, lorsque les actifs ont été vendus et les créanciers payés, dans la mesure du possible.

 

C. Conséquences pour les parties prenantes

La liquidation judiciaire entraîne la cessation immédiate de l’activité de l’entreprise et la résiliation des contrats de travail. Les créanciers ne peuvent plus engager d’actions en recouvrement de leurs créances, mais bénéficient d’un droit de préférence pour être payés sur le produit de la vente des actifs. Les actionnaires, quant à eux, peuvent perdre la totalité de leur investissement si l’actif ne suffit pas à couvrir les dettes.

 

Comparaison entre la procédure de sauvegarde et la liquidation judiciaire

 

A. Objectifs et conditions d’ouverture

La principale différence entre la procédure de sauvegarde et la liquidation judiciaire réside dans les objectifs poursuivis. La sauvegarde vise à permettre à l’entreprise de surmonter ses difficultés et de continuer son activité, tandis que la liquidation judiciaire met fin à l’activité de l’entreprise et procède à la vente de ses actifs. Les conditions d’ouverture des deux procédures sont également différentes : la sauvegarde est destinée aux entreprises qui ne sont pas en cessation de paiements, tandis que la liquidation judiciaire concerne celles dont le redressement est manifestement impossible.

 

B. Conséquences pour les parties prenantes

Les conséquences de la procédure de sauvegarde et de la liquidation judiciaire varient aussi pour les parties prenantes. Dans le cadre d’une sauvegarde, les contrats de travail sont maintenus, les créanciers sont payés selon un échéancier et les actionnaires peuvent conserver leur investissement. En revanche, lors d’une liquidation judiciaire, les emplois sont supprimés, les créanciers sont payés en fonction de leur rang et de la valeur des actifs disponibles, et les actionnaires peuvent perdre leur investissement.

 

C. Choix entre sauvegarde et liquidation

Le choix entre une procédure de sauvegarde et une liquidation judiciaire dépend de la situation financière et des perspectives de redressement de l’entreprise. Si l’entreprise rencontre des difficultés temporaires, mais dispose d’un potentiel de redressement, la procédure de sauvegarde peut être préférable. En revanche, si l’entreprise est en cessation de paiements et que son redressement est manifestement impossible, la liquidation judiciaire peut être la seule option viable.

Partager sur
Inscrivez-vous à la newsletter
Nous suivre sur les réseaux sociaux

Sommaire

Les articles du moment