• bitcoinBitcoin (BTC) $ 43,277.00 1.15%
  • ethereumEthereum (ETH) $ 3,048.37 4.63%
  • cardanoCardano (ADA) $ 2.26 5.71%
  • tetherTether (USDT) $ 1.00 0.04%
  • binance-coinBinance Coin (BNB) $ 347.85 0.7%
  • xrpXRP (XRP) $ 0.940892 0.54%
  • solanaSolana (SOL) $ 137.32 1.1%
  • usd-coinUSD Coin (USDC) $ 1.00 0.04%
  • polkadotPolkadot (DOT) $ 29.32 3.18%
  • dogecoinDogecoin (DOGE) $ 0.207370 1.35%
  • binance-usdBinance USD (BUSD) $ 1.00 0.06%
  • uniswapUniswap (UNI) $ 24.18 24.84%
  • cosmosCosmos (ATOM) $ 40.60 1.33%
  • chainlinkChainlink (LINK) $ 24.46 6.02%
  • litecoinLitecoin (LTC) $ 151.73 0.3%
  • bitcoin-cashBitcoin Cash (BCH) $ 511.39 0.38%
  • wrapped-bitcoinWrapped Bitcoin (WBTC) $ 43,295.00 1.33%
  • matic-networkPolygon (MATIC) $ 1.16 2.6%
  • internet-computerInternet Computer (ICP) $ 45.33 0.28%
  • stellarStellar (XLM) $ 0.280693 0.43%
  • tronTRON (TRX) $ 0.088594 2.56%
  • ethereum-classicEthereum Classic (ETC) $ 47.41 0.16%
  • filecoinFilecoin (FIL) $ 58.56 3.95%
  • vechainVeChain (VET) $ 0.091688 0.05%
  • daiDai (DAI) $ 1.00 0.11%
  • compound-ethercETH (CETH) $ 61.09 4.57%
  • theta-tokenTheta Network (THETA) $ 5.15 0.14%
  • compound-usd-coincUSDC (CUSDC) $ 0.022268 0.05%
  • pancakeswap-tokenPancakeSwap (CAKE) $ 19.05 2.5%
  • moneroMonero (XMR) $ 234.82 1.44%
  • cdaicDAI (CDAI) $ 0.021690 1.04%
  • aaveAave (AAVE) $ 294.42 6.95%
  • eosEOS (EOS) $ 4.02 0.05%
  • okbOKB (OKB) $ 13.61 3.97%
  • shiba-inuShiba Inu (SHIB) $ 0.000007 3.33%
  • iotaIOTA (MIOTA) $ 1.21 1.96%
  • kusamaKusama (KSM) $ 329.56 0.69%
  • neoNEO (NEO) $ 38.89 0.81%
  • bitcoin-svBitcoin SV (BSV) $ 130.64 3.06%
  • makerMaker (MKR) $ 2,376.17 4.64%

La plus grosse erreur de comptabilité commise par les propriétaires de petites entreprises 

Gérez-vous une petite entreprise ?

Etes-vous indépendant ?

Si oui, il y a de fortes chances que vous fassiez partie des milliers de propriétaires de petites entreprises qui commettent cette erreur comptable critique …

… et grâce à cette simple erreur, ils ne se rendent jamais compte de la force ou de la faiblesse de leur entreprise.

Attention !

Non, ce n’est pas une erreur qui vous causera des ennuis avec le fisc… en fait, les lois fiscales sont rédigées de manière à favoriser cette façon erronée de penser.

En conséquence, certains propriétaires de petites entreprises passent leur vie à ne jamais se rendre compte qu’ils commettent cette erreur flagrante.

 

De nombreux propriétaires de petites entreprises – en particulier les entrepreneurs solos – confondent les bénéfices avec la rémunération.

Ils ne calculent pas les bénéfices APRÈS s’être payés eux-mêmes. Ils ne comptabilisent jamais leur propre temps. Ils pensent que leur entreprise fait des bénéfices – alors qu’en réalité, elle fonctionne à perte.

Que voulez-vous dire ?

Sally est rédactrice indépendante pour une poignée de journaux et de magazines. Elle a gagné 75 000 euros l’année dernière grâce à ses missions d’écriture. Lorsqu’elle s’est assise pour faire ses impôts, elle a déduit ses  » frais professionnels  » comme suit :

Cotisations à une association professionnelle – 72 € Conférences – 500 € Smartphone  ; – 1200 € Internet à domicile – 720 € Frais postaux – 500 € Déduction pour bureau à domicile – 2000 € Fournitures de bureau – 120 € Kilométrage – 1200 € Vols – 1500 € Hôtels – 1800 € Repas – 700 € Domaine et hébergement Web – 80 € Dépenses annuelles totales : 10 392 €

Sally soustrait ce montant de son revenu de 75 000 €, et raisonne que son entreprise de  » journalisme indépendant  » a réalisé un bénéfice avant impôt de 64 608 €. N’est-ce pas ?

Faux ! Sally n’a pas fait de bénéfice du tout !

Mais 64 608 € ne sont pas le bénéfice que son entreprise a fait – c’est simplement l’argent avant impôt qui restait dans l’entreprise pour se payer elle-même.

Imaginons que Sally avait un assistant qui gagnait 35 000 $ par an en faisant des recherches pour les articles de Sally. Sally déduirait la rémunération de cet assistant de recherche comme une  » dépense  » avant de calculer les bénéfices que son entreprise a réalisés cette année-là, n’est-ce pas ?

Alors pourquoi ne valoriserait-elle pas son propre temps ?

C’est là que les freelances et autres propriétaires de petites entreprises se trompent si souvent – ils ne parviennent pas à valoriser leur propre temps de la même manière qu’ils valoriseraient celui d’un employé.

Combien vaut mon temps ?

Imaginons que Sally décide que le freelancing n’est plus la vie qu’elle souhaite. Elle postule pour un emploi. Au cours de l’entretien, les RH lui demandent ses exigences salariales. Sans hésiter, Sally répond :  » 70 000 euros par an « 

Elle déclare que 70 000 euros par an est ce qu’elle estime que son temps vaut.

Pourquoi ne ferait-elle pas la même demande à sa propre entreprise ?

Sally est une employée – la SEULE employée – de son entreprise d’écriture.

Et si Sally se  » payait  » comme si elle était sa propre employée ? Elle se rendrait alors compte qu’elle n’a pas réalisé un  » bénéfice  » de 64 608 euros l’année dernière.

En fait, après s’être payée 70 000 euros, son entreprise de rédaction en freelance a PERDU de l’argent, à hauteur de 5 392 euros. Son entreprise n’est pas dans le noir (bénéfices) ; elle est dans le rouge (dettes).

Comment peut-elle se payer plus que ce qu’elle a gagné ?

Mais si Sally se mettait un salaire de 70 000 € par an, comment pourrait-elle se payer 5 392 € de plus que ce que son entreprise a gagné ?

Son entreprise devrait emprunter de l’argent afin de payer son unique employée, Sally.

Si Sally ne veut pas s’adresser à une banque (elles n’aiment pas prêter aux solopreneurs), elle devra s’emprunter de l’argent à elle-même pour se payer.

Emprunter de l’argent à soi-même ?

Emprunter de l’argent à soi-même, pour se payer, est un étrange obstacle mental.

« A quoi bon ? » vous pourriez vous demander.  » En fin de compte, ça me revient. « 

Oui. Mais vous devez garder les finances de votre entreprise séparées de vos finances personnelles. Vous méritez de gagner un salaire. Votre entreprise doit vous payer.

Votre entreprise n’a peut-être pas l’argent nécessaire pour payer son meilleur employé (vous). Elle a besoin d’un prêteur ou d’un investisseur. Entrez : Vous.

Lorsque vous vous payez, vous séparez le propriétaire du travailleur.

D’une part, vous vous sentez bien – regardez, vous gagnez un salaire mensuel ! D’autre part, votre entreprise se sent fauchée – elle est constamment dans le rouge et n’arrive même pas à payer ses employés (vous).

Emprunter de l’argent à vous-même, afin de vous payer, est la meilleure façon de valoriser votre temps. Vous garderez les finances de l’entreprise en perspective claire.

Une dernière remarque : imposez à votre entreprise un taux d’intérêt raisonnable, comme 5 %, sur le prêt que vous émettez. Après tout, vous méritez d’être rémunéré pour votre risque.

 

 

 

Partager sur
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin