Il existe de nombreux moyens de prévenir la corrosion et la galvanisation est l’un des plus populaires. La galvanisation consiste à recouvrir le métal de base de zinc pour le protéger de l’environnement extérieur. Malgré son utilisation répandue, la galvanisation présente des dangers, et nous ne parlons pas seulement des coûts pour votre entreprise ! Lisez ce qui suit pour connaître les inconvénients de ce procédé et les comparer à d’autres solutions. Pour en savoir plus, lisez cet article.

Les bases de la galvanisation

Le métal galvanisé est partout autour de nous, des panneaux d’arrêt aux pièces de voiture. En effet, les métaux sont sujets à la corrosion (la rouille est une forme de corrosion courante). Les entreprises utilisent diverses méthodes pour protéger leurs produits métalliques, notamment la galvanisation. Plus précisément, la galvanisation protège de la manière suivante :

– Elle crée une couche protectrice qui sépare le métal de base de son environnement. La couche de zinc sur le lampadaire le protège du vent, de la pluie et de la glace.

– Elle protège le métal de base contre la corrosion galvanique. La couche de zinc a des propriétés électrochimiques différentes de celles du métal de base. Lorsque les deux sont en présence d’un électrolyte, la couche de zinc se corrode plus rapidement alors que le métal de base se corrode plus lentement. En d’autres termes, la couche de zinc se sacrifie pour protéger le métal de base.

Types de galvanisation

Passons en revue les quatre différentes façons dont les entreprises galvanisent leurs métaux :

  1. L’électrogalvanisation : Le métal est placé dans une solution d’électrolyte, généralement du cyanure de zinc ou du sulfate de zinc. Le zinc va alors s’accrocher au métal pour créer une couche de protection.
  2. Hot-Dip : Le métal est placé dans un bain de zinc fondu. Des couches d’alliage et une couche extérieure de zinc sont créées par la réaction entre le zinc fondu et le métal de base.
  3. Pulvérisation du métal : Une couche de zinc est pulvérisée sur le métal de base, puis chauffée pour former la couche protectrice.
  4. La shérardisation : Le métal est placé dans un récipient fermé avec de la poudre de zinc. Le récipient est ensuite chauffé dans un four, où le zinc fond pour former une couche protectrice autour du métal de base.

Inconvénients et dangers

Malheureusement, la galvanisation n’est pas sans inconvénients. Tout d’abord, les rayures ou les pelures qui coupent la couche de zinc rendent le métal de base vulnérable aux éléments extérieurs. Par exemple, une rayure profonde sur un lampadaire laisse la possibilité à l’eau de s’infiltrer lors de la prochaine tempête de pluie. Cela pourrait entraîner une corrosion sur la zone humidifiée et se propager au reste du poteau. Les lampadaires mis à part, les métaux compromis peuvent entraîner des situations dangereuses. Les tuyaux d’eau galvanisés qui se corrodent peuvent libérer du plomb dans l’alimentation en eau – un peu plus préoccupant qu’un lampadaire corrodé.

Les dangers de la galvanisation résident également dans les processus eux-mêmes. Le trempage à chaud et la shérardisation impliquent des solutions fondues, qui présentent des risques pour la sécurité des travailleurs. L’exposition aux vapeurs d’oxyde de zinc ou d’oxyde de magnésium peut provoquer la fièvre des fumées métalliques.

Enfin, les entreprises ne peuvent pas ignorer les effets de la galvanisation sur l’environnement. Les zones situées à proximité d’usines industrielles peuvent voir leurs réserves d’eau contenir des niveaux de zinc plus élevés si les eaux usées ne sont pas traitées correctement. Cela pourrait entraîner une augmentation des niveaux d’acidité qui affecterait la faune et la flore environnantes. Bien que le zinc soit un élément plus durable que le plomb, l’erreur humaine peut toujours entraîner des impacts environnementaux qui dépassent les avantages.