• bitcoinBitcoin (BTC) $ 50,572.00 0.1%
  • ethereumEthereum (ETH) $ 4,303.44 0.65%
  • binance-coinBinance Coin (BNB) $ 576.78 1.71%
  • tetherTether (USDT) $ 1.00 0.28%
  • solanaSolana (SOL) $ 189.59 2.56%
  • cardanoCardano (ADA) $ 1.38 2.87%
  • usd-coinUSD Coin (USDC) $ 1.00 0.21%
  • xrpXRP (XRP) $ 0.814366 0.86%
  • polkadotPolkadot (DOT) $ 30.08 6.29%
  • dogecoinDogecoin (DOGE) $ 0.176717 0.45%
  • shiba-inuShiba Inu (SHIB) $ 0.000036 1.81%
  • matic-networkPolygon (MATIC) $ 2.36 3.7%
  • binance-usdBinance USD (BUSD) $ 1.00 0.4%
  • wrapped-bitcoinWrapped Bitcoin (WBTC) $ 50,443.00 0.12%
  • litecoinLitecoin (LTC) $ 161.12 0.82%
  • chainlinkChainlink (LINK) $ 20.59 4.31%
  • tronTRON (TRX) $ 0.090182 3.33%
  • daiDai (DAI) $ 1.00 0.37%
  • bitcoin-cashBitcoin Cash (BCH) $ 472.53 0.45%
  • uniswapUniswap (UNI) $ 17.10 1.07%
  • okbOKB (OKB) $ 27.32 4.14%
  • stellarStellar (XLM) $ 0.286966 1.69%
  • cosmosCosmos (ATOM) $ 24.15 0.94%
  • compound-ethercETH (CETH) $ 86.13 0.8%
  • vechainVeChain (VET) $ 0.091830 1.77%
  • internet-computerInternet Computer (ICP) $ 29.50 1.88%
  • filecoinFilecoin (FIL) $ 39.07 1.24%
  • ethereum-classicEthereum Classic (ETC) $ 39.42 0.08%
  • cdaicDAI (CDAI) $ 0.021803 0.16%
  • theta-tokenTheta Network (THETA) $ 4.65 1.94%
  • compound-usd-coincUSDC (CUSDC) $ 0.022423 0.04%
  • moneroMonero (XMR) $ 205.67 2.1%
  • iotaIOTA (MIOTA) $ 1.17 0.3%
  • eosEOS (EOS) $ 3.21 1.56%
  • bitcoin-svBitcoin SV (BSV) $ 163.46 9.44%
  • pancakeswap-tokenPancakeSwap (CAKE) $ 12.05 2.18%
  • kusamaKusama (KSM) $ 293.01 1.67%
  • aaveAave (AAVE) $ 186.48 1.09%
  • makerMaker (MKR) $ 2,602.55 0.13%
  • neoNEO (NEO) $ 29.53 0.71%

Cinq avancées qui pourraient résoudre notre crise du stockage des données

 

Les données sont créées à un rythme véritablement sans précédent : la quantité de données numériques que nous avons stockées double actuellement tous les deux ans et, comme il est nettement plus difficile de créer des supports de stockage que des données, il ne faut pas s’étonner d’entendre qu’il est largement admis qu’une telle croissance n’est pas durable.

Heureusement, les fabricants et les universitaires ont remarqué ce problème il y a plusieurs années et ont commencé à développer un certain nombre de nouvelles technologies conçues pour augmenter les capacités de stockage des supports existants, ainsi que certaines qui, nous l’espérons, conduiront à de nouveaux dispositifs de stockage passionnants, également.

 

Voici cinq avancées technologiques qui ont déjà permis d’augmenter les capacités de stockage, ainsi que quelques-unes qui sont en cours de développement :

 

1. Enregistrement magnétique assisté par la chaleur

L’enregistrement magnétique assisté par la chaleur (HAMR) est une technique qui augmente la quantité de données pouvant être stockées sur un plateau magnétique en le chauffant avant que les données y soient écrites. En chauffant le plateau pendant une très courte période, il devient nettement plus réceptif aux champs magnétiques, ce qui signifie que moins d’espace est nécessaire pour stocker les données, augmentant ainsi les densités de stockage.

Alors que cette technique a été développée il y a plus de 30 ans et que le fabricant Seagate a affirmé qu’elle pourrait conduire à des disques durs d’une capacité de 100TB en un peu plus d’une décennie, aucun disque utilisant cette technologie n’est actuellement disponible à l’achat. Seagate a affirmé qu’ils en sont proches, cependant, et comme ils utilisent les mêmes facteurs de forme que les disques standard, les disques durs utilisant la technologie HAMR pourraient s’avérer être un moyen très pratique d’améliorer les densités de stockage.

2. Enregistrement magnétique shinglé

Autre technique d’écriture de données qui augmente la densité de stockage, l’enregistrement magnétique shinglé (SMR) permet aux pistes de données de se chevaucher légèrement les unes avec les autres, tout comme les bardeaux de toit (d’où le nom).

Les disques utilisant la technologie SMR sont disponibles à l’achat depuis 2013 et, lorsqu’ils sont associés à un autre moyen d’augmenter la densité de stockage – le remplissage du conteneur d’un disque avec de l’hélium – offrent des capacités allant jusqu’à 14 To.

3. Les disques remplis d’hélium

En remplissant un disque dur d’hélium puis en fermant hermétiquement le conteneur, vous réduisez les turbulences créées à l’intérieur du disque lors de la lecture ou de l’écriture des données. En conséquence, vous pouvez inclure plus de plateaux et donc stocker plus de données au sein de disques qui possèdent des facteurs de forme non différents de votre disque dur ordinaire.

Cette diminution de la turbulence signifie également que des plateaux plus fins peuvent être utilisés afin d’augmenter encore la densité de stockage. La réduction de la friction signifie également que les disques consomment moins d’énergie. Il convient également de noter que la capacité maximale des disques remplis d’hélium a doublé en moins de cinq ans (12 To aujourd’hui contre 6 To en 2013) et que de nombreux acteurs du secteur technologique s’attendent à ce que les disques durs à l’hélium offrent une capacité de stockage encore plus importante dans un avenir proche.

4. Le cloud décentralisé

Oui, les centres de données offrent un espace de stockage en ligne pour nos données depuis plusieurs années maintenant, mais c’est le stockage en cloud décentralisé qui pourrait s’avérer être un véritable changement de jeu.

Ici, les personnes disposant d’un espace de stockage libre peuvent le louer à d’autres utilisateurs en échange d’argent. En tirant parti de la vaste quantité de stockage de données inutilisées présente dans les milieux domestiques, nous aurions non seulement beaucoup d’espace supplémentaire pour nos fichiers, mais nous réduirions également l’impact environnemental de leur stockage.

Oui, il faudra des développements importants en ce qui concerne Blockchain, mais, à notre avis, la perspective que tout notre espace de stockage libre soit utilisé comme un moyen de résoudre ce problème croissant est une solution véritablement excitante et, si les obstacles de sécurité peuvent être franchis, réalisable.

5. L’ADN

Aussi farfelu que cela puisse paraître, l’ADN a déjà été utilisé pour stocker des données. De plus, comme on estime que 55 000 Go d’informations pourraient être stockés dans un seul millimètre cube, l’ADN pourrait être la réponse à tous nos problèmes de stockage de données. Cela dit, il y a plus que quelques problèmes que les scientifiques devront résoudre avant que cela ne devienne un moyen réalisable de stocker de grandes quantités de données.

Tout d’abord, utiliser l’ADN pour stocker des données est incroyablement coûteux. En mars 2017, des chercheurs ont dépensé 7 000 euros pour synthétiser seulement 2 Mo de stockage de données sur l’ADN. Sa lecture a également coûté 2 000 euros supplémentaires. Même si les coûts étaient moins problématiques, cependant, le fait que la récupération des données stockées dans l’ADN est un processus extrêmement lent signifie qu’il ne conviendrait de toute façon pas à autre chose qu’au stockage d’archives à l’heure actuelle.

Comme il pourrait, potentiellement, stocker le contenu d’un centre de données moyen dans l’espace actuellement occupé par un disque dur 3,5, cependant, nous aimons penser que le stockage de données dans l’ADN est quelque chose qui sera, un jour, une réalité.

 

Partager sur
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin