Intégration d’Applications d’Entreprise ou Enterprise Application Integration en anglais (EAI) est une manière de concevoir des architectures logicielles centrées sur les échanges inter-applications. C’est une plateforme du système d’information qui permet à différents logiciels de communiquer entre eux et de gérer les différents échanges quasiment en temps réel. Cette solution d’intégration consiste aussi à la gestion des flux inter-applicatifs. Par ailleurs, les outils logiciels middleware utilisés pour réaliser ces architectures EAI sont appelés des logiciels EAI.

Qu’est-ce que l’Intégration d’Applications d’Entreprise ?

Devenu un élément fondamental des Systèmes d’information à l’ère du Big Data, la donnée est souvent destinée à être utilisée dans plusieurs logiciels comme une aide à la décision. En effet, chaque application a ses utilités et rôles spécifiques. Cependant, la gestion des données et de plusieurs applications en simultané s’avère difficile.

L’automatisation des échanges de données contribue au maintien, à la gestion et à la mise à jour de toutes les applications, tout en évitant la répétition des données.

C’est un processus pour assembler et partager des données et processus entre les différentes applications, dans le but de modéliser et d’améliorer l’exécution des processus d’entreprise de manière efficace.

La plateforme est composée de plusieurs éléments comme les connecteurs, les données de métier spécifiques issus des connecteurs ou OMS qui subissent des transformations appelé mapping, les données standards à l’IAE et la couche transport pour l’acheminement des données.

De plus, le flux de processus peut utiliser un middleware, des logiciels EAI tiers qui créent un réseau d’échange de données.

Les différentes méthodes et solutions informatiques

solution informatique

En règle générale, il existe deux façons classiques pour l’intégration d’applications, d’une part la méthode qui consiste au codage manuel des applications pour simplifier les protocoles de couplage. Et d’autre part, la méthode qui offre des solutions d’intégration des données déjà opérationnelle ne nécessite plus beaucoup de travail à l’équipe système informatique. Cette dernière est plus évolutive et peut facilement expliquer l’augmentation des volumes. L’écriture manuelle de scripts pour intégrer plusieurs applications peut être fastidieuse et susceptible aux erreurs.

Néanmoins, le traitement des données, c’est-à dire l’analyse et la transformation des données sont indispensables lors du Data integration. Des incohérences peuvent survenir et entraîner des perturbations dans les processus métiers si une application n’est pas capable de transférer et de comprendre les données d’une autre application.

D’un autre côté, il existe une large gamme d’applications connectables avec les EAI. Il s’agit de l’utilisation des principes architecturaux des logiciels et des systèmes informatiques qui incluent l’utilisation d’une architecture orientée services ou SOA et le bus de service d’entreprise ESB pour intégrer des applications en plus de favoriser la circulation de l’information entre les systèmes.

Les différents logiciels EAI.

Consistant à valoriser les données de traçabilité, les projets d’intégration permettent l’extraction des données dans un format standard et la confrontation aux données plus récentes dans la data management. Ceci en réduisant les coûts d’entretien des données conservées.

Enfin la mise en place des technologies d’intégration permet d’isoler les données sensibles grâce aux outils de gestion des intégrations.

En effet, l’implémentation de ces technologies d’intégration vise à collecter, à assurer le routage et synchroniser les données issues des différentes applications, comme :

  • l’ERP
  • le WMS
  • le CMR
  • l’EDI

Ils permettent la standardisation du parc d’application, ainsi que la centralisation des flux de données permettant de remettre à plat l’organisation logicielle des entreprises.

Les ERP ou PGI, Progiciel de Gestion Intégré, outils informatiques pour les entreprises industrielles permettant de fluidifier les processus opérationnels en intégrant des fonctions de gestion comme la gestion commerciale, la chaîne logistique, la gestion des processus métier ou le contrôle de gestion,… Il existe des ERP en solutions open source, propriétaire ou SAAS.

Les WMS ou Warehouse Management System dont l’objectif est la gestion d’entrepôt. Implémenter un data Warehouse permet d’automatiser les processus de gestion logistiques.

Les TMS sont des progiciels de gestion des opérations de transport.

Les traducteurs EDI, des logiciels permettent des échanges d’informations entre deux entités à l’aide de messages standardisés. Et enfin, les CRM sont des logiciels EAI pour la gestion de la relation client.